Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La proximité distanciée

Lors de mon dernier post, j’évoquais la proximité digitalisée qui nous relie les uns aux autres par le bienfait des ondes. A ce propos, j’ouvre une parenthèse. En Angleterre des antennes 5G du réseau mobile ont été incendiés par des (con)plotistes qui font circuler sur les réseaux sociaux que la 5G affaiblirait le système immunitaire et accélérait la propagation du Covid-19. Comme disaient les Shadoks, « il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes » *. Je ferme la parenthèse. 

 

Le déconfinement qui se dessine, parce qu’il faudra bien en finir, va modifier les rapports physiques, je parle de rapports sociaux pas sexuels (quoique...), en effet, la meilleure façon d’éradiquer le virus, les virus devrais-je écrire, semble-t-il, est d’empêcher sa/leur propagation par une proximité par trop intime. 

 

Nous allons devoir nous imposer des échanges moins familiers, sans claquements de bises à la volée et de poignées de main à tout va, sans attouchements affectueux, sans bousculades inappropriées, nous serons priés de parler dans l’hygiaphone et de nous laver les mains avant de plonger dans le bol de cacahuètes à l’apéro comme une nuée de sauterelles sur un champ africain. 

Chez les commerçants, nous devrons respecter les files d’attente et les distances de courtoisie, ne plus nous pencher sur les comptoirs pour regarder les miches du boulanger, ne plus tripoter par réflexe de client roi les articles et déranger les étals, ne plus mépriser les vendeurs au prétexte qu’ils seraient trop longs ou moins compétents que nous, ne plus aboyer pour exiger, ne plus ignorer de tenir la porte et de laisser passer les vieux d’abord, les dames ensuite, bref, de renouer avec une politesse de bon aloi où prendre le temps de vivre avec les autres évite de mourir comme un con individualiste. 

 

Cette saute d’humeur sanitaire est en soi intéressante, elle va forcer le commerce à repenser le parcours client, à revoir les règles du merchandising, à mieux calibrer les offres, à redimensionner les échanges dans un rapport plus égalitaire et moins condescendant où « être à l’écoute du client » consiste surtout à ne pas l’entendre geindre. 

 

Evidemment, je ne me fais pas d’illusion sur la nature humaine, mais un peu de civilité dans un monde de bruts pourrait nous faire oublier qu’ajouter de la malveillance à la sottise ambiante, ne fait qu’affaiblir un peu plus notre fragile civilisation. Namasté ! 

 

 

 

* Psychologie de la connerie, sous la direction de Jean-François Marmion, Sciences Humaines Editions 2018 : un ouvrage que je recommande chaudement en ces temps où les cons pullulent. 

Tag(s) : #Ainsi va le monde

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :