Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les femmes sont l'avenir de l'homme, ça nous le savions déjà, mais elles le sont aussi l'avenir du Grand Paris, ce projet stimulant pour la région-capitale qui semble tourner à l'aigre à cause d'un micmac politico-prétendiard auquel on ne comprend déjà rien.
Sous la houlette d'une association baptisée, Les Nouvelles Parisiennes, une quinzaine de femmes ont décidé de s'immiscer dans le débat, non pour faire reluire leur carrière et assouvir leur soif de pouvoir, mais pour "donner une voix et un visage au Grand Paris", comprenez : réfléchir avec les habitants, les élus, des experts aux incidences de ce projet en matière de qualité de vie et d'environnement. Pour cela elles ont ouvert un site Internet link  pour suivre l'évolution du projet, et parallèlement, elles proposent des rencontres pour échanger les bonnes idées. 

Hier soir, ces Parisiennes passionnées ont organisé un dîner-débat à La Chope des Puces, haut lieu du jazz manouche, à Saint-Ouen, avec un plateau de personnalités investies dans cette réflexion du Grand Paris.
Tout le monde est à peu près d'accord pour aligner les qualités et l'attractivité de la région-capitale, mais il y a urgence à la réinventer pour cause de compétitivité internationale, pour cause de développement durable, pour cause de démographie (12,5 millions d'habitants à 2015), pour cause de logements insuffisants, pour cause de mobilité entravée, terme récurrent dans une région engorgée. Comme le soulignait le sociologue Bruno Marzloff présent, "l'organisation du quotidien, c'est avant tout l'organisation des transports". Ce qui n'est pas gagné, hier, comble de l'ironie, il y avait une énième grève du RER...
Les échanges ont été courtois et ont insisté sur la nécessité de trouver une gouvernance crédible dans un système politique qui émiette les prises de décision et favorisent les baronnies, là encore ce n'est pas gagné avec tous les petits potentats qui bloquent le système et défendent leur pré carré. Sans parler des vanités d'un Etat central qui nous promet des infrastructures titanesques, des "machins" architecturaux posés comme un faux diamant clinquant sur un tissu urbain qui a avant tout besoin d'être remaillé, sans esbroufe, pour les gens, avec eux.
Pour ce Grand Paris, il faut se hâter avec lenteur, affirment Les Nouvelles Parisiennes, prendre le temps de saisir la réalité des habitants, d'apprécier leur vitalité, malheureusement, je crains que nos élus, à la courte vue électoraliste et toujours tenter de tirer la couverture, s'empressent de dilapider des milliards d'euros dans un chapelet de monuments à la gloire d'un jacobinisme racorni. Heureusement, Les Nouvelles Parisiennes veillent...      
Tag(s) : #Idées

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :