Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le nouveau locataire de l’Elysée a donc constitué son gouvernement pléthorique et parmi lui, les citoyens ont découvert un nouveau poste, celui de « Ministre du redressement productif ». On est obligé d’ironiser face un vocable aussi prétendiard que loufoque pour ce qui devrait être plus simplement le ministère de l’industrie, et ce d’autant que c’est le réactionnaire de l’anti-mondialisation, le nationaliste agité des plateaux télé Arnaud Montebourg qui s’y colle.

L’expression choisie témoigne du mépris caractéristique de ces « politicrates » au pouvoir pour le monde de l’industrie, un monde qu’ils entendent « mettre en camp de redressement » selon les règles de l’idéologie dépassée de l’économie de marché socialiste. Comme à Cuba.

Mais il atteste aussi de la vision désastreuse d’une gauche qui n’aime pas les entreprises, qui n'aime pas les entrepreneurs, une gauche qui stigmatise à l’aveugle le capitalisme, une gauche qui préfère fonctionnariser, contrôler, régenter à tout va, une gauche archaïque et sans idées neuves. Or, ce sont les entreprises qui créent de la richesse et des emplois, ce sont les entreprises qui révèlent la puissance d’une nation, son génie aussi ; l’Etat, lui crée des charges et des fonctions, des dettes et des rigidités, il est un terrible prédateur.

Dans sa posture de donneur de leçons, le nouveau locataire de l’Elysée lance un mauvais signal, il aurait été plus productif et positif pour l’avenir de créer un grand ministère des entreprises.   

Tag(s) : #Idées

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :