Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après quelques mois d'un long buzz marketing que savent manier les grands studios américains, The Avengers déferle sur la planète. Je dois plutôt écrire « déferlent » puisqu'il s'agit de l'histoire des grands héros de Marvel réunis pour sauver notre monde en perdition. Rien de prémonitoire ici, ce film n'est qu'un prétexte à organiser un gang bang de héros indestructibles (« superhero colossus », comme disent les Américains) gainés de Lycra très seyant, une sorte de ferme en folie où les animaux sont des bêtes de muscles qui castagnent à qui mieux mieux et détruisent à grands coups de lasers, forces étincelles et autres machineries ultra violentes.

Ce film est réjouissant d'humour et d'actions, il sera le blockbuster espéré tant il fait écho à la douce régression qui nous ramène à lenfance, période merveilleuse où on se projette sur des êtres idéalisés. Une sorte dhéro-tisation qui invite à sinvestir dans des personnages porteurs de facultés quon voudrait posséder, un transfert innocent qui saccompagne aussi dune constante de notre société humaine : le manichéisme. En période de crise, les peuples font rarement l’économie de comprendre l'autre, d'accepter sa différence. Rien de tel que de le diaboliser et de se draper dans la cape du héros solidaire pour le bouter loin de soi. Rien de mieux quune puissante catharsis pour se déculpabiliser par la grâce du « c'est pas moi, c'est l'autre ».

En cela, ce film va rassurer les esprits racornis dans leur peur imaginaire d'un danger extérieur par la simplicité binaire de sa trame qui invite à se placer du bon côté, avec des héros (et une héroïne, il faut le préciser) beaux, grands et forts qui mettent la complexité en miettes d'un fulgurant coup de poing.

Reste que ce film est récréatif, bourré d'effets spéciaux et dominé par l'esthétique du jeu vidéo très en force depuis quelques années. Une esthétique qui presse le réalisateur à joncher chaque scène de coups d'éclats pétaradants, à hacher le récit par des explosions, courses poursuites et destructions définitives. C'est la loi du genre qui plaît à nombre de joueurs/spectateurs aujourd'hui.

Dans un même registre de héros cette fois-ci malfaisants, je recommande de voir Margin Call de JC Chandor sur les écrans depuis la semaine dernière, un film qui raconte comment dans la salle des marchés d'une banque américaine, des traders tentent d'échapper à la catastrophe financière en se défaussant sur leurs clients... Un film juste sur la condition humaine qui cherche à sauver sa peau coûte que coûte par la grâce du « c'est pas moi, c'est l'autre »…

Tag(s) : #People

Partager cet article

Repost 0