Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J’ai reçu hier une invitation « à découvrir une façon d’être soi avec les autres ». C’est un coach qui se propose de délivrer à qui veut l’entendre une pratique d’écoute autorévélatrice baptisée « l’autolouange ».

« Ni narcissique, ni arrogante, ni égoïste » selon le signataire, (en fait la signataire car il s’agit d’une femme), cette méthode propose de mieux s’entendre pour mieux se dévoiler, de mieux s’écouter pour mieux prêter l’oreille, d’auditionner son moi pour y déloger les aptitudes à être. « Pratiquer l’autolouange stimule l’estime de soi et reconnecte chacun à son talent. On y découvre le Rimbaud qui sommeille en chacun. » Pas moins…

Pour se préparer au grand saut dans l’exaltation de son soi, le pré-autolouangé « est invité à venir avec une question, une préoccupation. Par l'autolouange, nous irons à la rencontre des sagesses et solutions propres à chacun », détaille la spécialiste.

Les réticents et les sceptiques de la pratique du « moi, moi, ma joie » peuvent profiter de cette accoucheuse du cœur qui saura mettre bas aux frustrations les plus enfouies et élever le parturiente dans les hauteurs de la glorification de soi.

Je ne peux juger de la pertinence de ce coaching de la gratification nombrilistique que je n’ai pas pratiqué (les stages ont lieu à Paris et à Bruxelles toute l’année pour qui en veut link ), mais après tout, il n’est pas nuisible de profiter d’un « petit coup de pouce » (c’est elle qui le dit) du destin pour retrouver une croyance en soi perdu dans les désastres de la multitude.

Même si cet autolouange ressemble à une histoire belge…

Tag(s) : #People

Partager cet article

Repost 0