Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’excellent musée du Quai Branly présente une exposition (jusqu’au 3 juin 2012) qui est à la fois fascinante et effrayante puisqu’elle traite de la monstruosité des hommes et nous rappelle combien notre humanité est toujours capable du pire. Sous le titre bien choisi « Exhibitions. L’invention du sauvage », elle retrace la naissance et le développement des zoos humains qui firent florès au XIXe siècle. Le monde occidental, ses colonies dévastatrices, ses empires industriels naissants et son capitalisme flamboyant, exhibait alors des hommes et des femmes « exotiques » comme des animaux en captivité, comme des phénomènes de foires.

C’est Lilian Thuram, président d’une fondation contre le racisme qui en est le commissaire, cet ex-footballeur guadeloupéen connaît son sujet, il a souvent subi la petite haine de supporters indélicats dans les stades où le sport se confond au nationalisme le plus vil.

A valeur hautement documentaire et historique, cette exposition résonne étrangement à nos oreilles contemporaines dans nos démocraties gagnées par le démon du racisme sournois asséné par les politiciens extrémistes qui profitent de la crise pour alimenter la xénophobie toujours latente, jamais dormante.

En France comme ailleurs, les partis aux relents fascisants réveillent les peurs de l’envahisseur, du sauvage voleur d’emploi et d’avantages sociaux, de la perte de souveraineté comme le beugle la Le Pen qui accuse le Président Sarkozy de « mettre la France sous tutelle » de l’étranger. La digne fille de son père, dont le programme est une ligne Maginot débilitante et catastrophiste, n’hésite jamais à reléguer nos voisins proches et lointains qui nous entourent à un zoo humain, un ramassis de sauvages, des occupants pillards de notre culture franchouillarde. Le plus désolant est que près de 20% de Français sont d’accord avec elle. Heureusement, les étrangers regardent cette politicarde nauséeuse avec dédain : son voyage aux Etats-Unis a été exemplaire, le mépris à son endroit a été tel que personne n’est venu lui jeter la moindre cacahuète… 

Tag(s) : #Idées

Partager cet article

Repost 0