Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le marketing à ses marottes. L’une est celle de fabriquer des mots nouveaux, pas toujours très heureux et souvent à base d'anglicismes tortueux. L'autre est celle de s'emparer de concepts et de les répéter à l'envi pour nommer des nouveaux produits, créer des nouvelles marques.

Le fabricant d'aides auditives Audika, qui revendique la place de numéro 1 en France  avec 14% de marché sur ce secteur très atomisé, a lancé récemment Audi'Lib, l'appareil auditif à 1 euro par jour. Un concept marketing dont l'allusion au Velib' ou Autolib' est patent.

Ce suffixe qui suggère une forme de liberté dans la consommation ou dans un mode de consommation libéré de l'achat contraint, est appliqué sur nombre de produits ou de services. Qu’on en juge : Key Lib', Varilib', CitéLIb', ZenLib',  Bouqlib, Voiturelib, Pizza'Lib, Cuisinelib, Creditlib, Pass LIb, Oxy-Lib, Ad-Lib, Nomad Lib', Cart'Lib, Handi'Lib, Parco'Lib, Repass' Lib, Home Lib et autre So'LIb qui est, pour info, une association qui regroupe les passionnés de mécanique et de Velosolex...

Cette floraison de libs en vadrouille linguistique et marketing résonnent parfaitement avec nos inclinaisons de consommateur à la recherche de respirations, de pauses, une volonté par toujours claire de ne plus s'attacher aux objets, mais plutôt de vivre entourer de produits-services qui se consomment quand on veut, où on veut, au moment où on veut et a un coût évidemment limité à la seule valeur d'usage. Car au fond, c'est bien ce que suggère cette "lib'erte” (relative néanmoins) qui cherche sa voie parmi les arbitrages économiques qui nous gouvernent entre tension et opposition face à un monde consommatoire qui a épuisé beaucoup de nos ressources désirables. Dans la majorité des cas (pas tous loin de là), les concepts à base du suffixe “lib'” qui pullulent, insuflent aussi l'idée de partage très en vogue actuellement, un partage qui renvoie à la part d'humanité dont nous avons tant besoin...

Ainsi, avec Audi'Lib et pour un euro par jour, les malentendants recouvrent leur socialité perdue dans le silence et l’isolement. À méditer. 

Tag(s) : #Tendances

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :