Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La  promotion 2014 des diplômés avec au centre Thibaut de La Rivière, énergique (énergétique ?) directeur de Sup de Luxe

La promotion 2014 des diplômés avec au centre Thibaut de La Rivière, énergique (énergétique ?) directeur de Sup de Luxe

Une nouvelle fois, l’Institut Supérieur de Marketing de luxe (Sup de luxe) a été placé en tête du classement SMBG des meilleurs masters, MS & MBA 2015 parmi les 10 formations françaises au management du luxe qui font références.

Ce classement des écoles et/ou des diplômes, comme tout classement de ce type, peut prêter à contestation, les détracteurs ne manquent pas et les soupçons d’initiés non plus, pour autant, je ne peux que me réjouir de cette position leader d’une formation à laquelle j’adhère. D’une part, parce que j’y enseigne depuis des années avec le même enthousiasme, et d’autre part parce qu’elle est menée par une équipe pédagogique qui ne s’endort pas sur ses lauriers.

Le secteur du luxe attire, comme les insectes volants à la lumière d’une ampoule, nombre d’opportunistes qui montent des formations racoleuses et ineptes, organisent des conférences aussi passionnantes qu’un gargarisme à l’eau chaude, avec pour résultat, un empilement de discours convenus qui ne servent que la cause financière de leurs programmateurs.

Depuis 25 ans qu’elle existe, la formation Sup de Luxe a très largement progressé dans son contenu et dans sa forme, mais avec la même volonté : ancrer les futurs diplômés (ou pas) dans la conscience d’un secteur industriel qui doit savoir se mettre en perspective d’un monde qui change. Ce qui n’est pas évident, le conservatisme lissé et policé des entreprises du luxe bon teint empêche trop souvent de bousculer des valeurs trop confortablement assises sur la « tradition » et la « pérennité ». Et pire encore, sur l’absence de critiques et d’analyses pour éviter de froisser la soie des égos qui ne manquent pas dans cet univers. Ce qui sous-entend qu’on peut très vite s’ennuyer ferme dans ce secteur chorégraphié depuis des lustres par des clones courbés qui affichent les mêmes fourbes sourires et baise-mains…

A Sup de Luxe, on ne s’ennuie pas, car cette école a la particularité de ne pas diffuser un enseignement académique (ou le moins possible) parce que les enseignants sont, comme moi, des professionnels qui vivent dans le monde de l’entreprise, dans le concret d’une économie agitée qui ne brille pas par sa sérénité ouatée. Nos étudiants sont donc priés de laisser leurs paillettes au vestiaire de leurs illusions pour entrer de plain-pied dans cette réalité et nous prenons le soin de leur instiller le sens critique et l’obligation d’être créatif pour bousculer les conventions marketing et le protocole managérial qui engluent les esprits. Nos étudiants rencontrent aussi tous les grands patrons du luxe (certains plus passionnés et passionnants que d’autres…) qui viennent tenter de les débarrasser des idées reçues qui font briller leurs yeux juvéniles.

Le luxe est trop sérieux pour être confié à des enfants, à Sup de Luxe, nous savons les faire grandir pour qu’ils affrontent des entreprises et des marques, magnifiques pour la plupart, qui ont besoin du sang neuf de futurs professionnels intuitifs, intelligents, autonomes, bien éduqués et… impolis aussi !

Tag(s) : #Evénement

Partager cet article

Repost 0