Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hier, dans le cadre de l’Unesco, Dominique Serra, fondatrice et présidente du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc, link a présenté la 20ème édition de cette manifestation sportive unique en son genre… féminin qui aligne cette année 110 équipages soit 220 femmes d’une trentaine de nationalités. Une vraie aventure humaine qui n’est pas une course de vitesse, mais un rallye d’endurance où il s’agit de se repérer à la boussole et à la carte —pas de GPS ni de téléphone portable—, une navigation à l’ancienne dans le désert marocain… Chapeau les filles ! Il faudrait un jour sortir de notre inconscient collectif l’idée selon laquelle les femmes ont moins le sens de l’orientation que les hommes, d’autant que cette assertion machiste n’est absolument pas prouvée sur le plan scientifique. Soit dit en passant.
Pendant la conférence de presse de cette édition anniversaire et avant le départ le 13 mars prochain, un parterre de personnalités dont Christine Lagarde, Ministre de l’Economie, ont salué la performance des participantes mais plus encore rappeler la particularité de ce rallye : les engagements éthiques, écologiques et humanitaires. Car les Gazelles parcourent le Maroc en laissant le moins de traces possibles de leur passage (sauf dans le cœur des Marocains qui se sont appropriés l’événement et le plébiscitent), à tel point que la norme Iso 14001 lui sera attribuée fin mars. Une première pour une compétition sportive. Pour info, cette norme définit des règles d’intégration des préoccupations environnementales pour tout organisme, institution ou entreprise, un standard international très convoité en ces temps d’obsession écologique.
À ce propos, à la fin de la conférence, une journaliste (dont je tairais le nom) d’une chaîne de télévision (dont je tairais le nom) posa la question suivante à Dominique Serra : « Tout ça c’est très bien, mais à quoi ça sert ? » Étonnement dans la salle, car voilà près d’une heure que les intervenants expliquent la pertinence de ce rallye, la passion des femmes qui y participent, leurs engagements, et tutti quanti.
« Mais vous dites que vous faites le moins de kilomètres pour réduire votre empreinte carbone, poursuit la journaliste, mais ne vaudrait-il pas mieux ne plus faire de kilomètres du tout ? » Re-étonnement dans la salle. Un rallye immobile ? murmure-t-on.
Je dois préciser que ce membre éminent de la presse télévisuelle fait partie de la communauté des intégristes de l’écologie qui prône le retour à la bougie et au pousse-pousse. Dominique Serra a répondu brièvement avec beaucoup de diplomatie avant de remercier tous les invités présents pour clore ce non-débat.
Je retiens deux choses de cette intervention journalistique : une, la presse ne pose pas toujours les bonnes questions et donc ne reproduit que de mauvaises réponses ; deux, certains écologistes sont des fascistes en herbe (quel jeu de mot !) qui n’oublient qu’un détail de la nature humaine : prendre plaisir à vivre. Et à participer à des rallyes qui font vroum vroum.  

Tag(s) : #People

Partager cet article

Repost 0