Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous avez vu la semaine dernière, un million de Catalans sont descendus dans les rues de Barcelone pour réclamer l’indépendance institutionnelle de leur région. L’Espagne est coutumière du fait avec plusieurs régions « autonomes » dont certaines comme le Pays basque particulièrement offensif et violent pour exiger leur liberté absolue vis-à-vis du pouvoir central.

En France, nous connaissons bien le problème avec les Corses et autrefois avec les Bretons ; en Belgique, ce sont les Flamands qui rejettent leurs compatriotes wallons ; en Europe de l’Est, les communautés « ethniques » sont nombreuses à s’entretuer se cherchant une nouvelle histoire sur des territoires grands comme des confettis.

Sur le plan intellectuel et culturel, on peut admettre cette volonté populaire de régionalisme, d’un point de vue plus général et face à la montée en puissance de géants comme la Chine, le Brésil ou l’Inde, il réduit le périmètre d’une Europe déjà essoufflée par son absence de projets communs, une Europe morcelée en un mille-feuille d’identités et de langues (pour ne pas dire de dialectes) quelquefois discutables, peu compatible avec la globalisation et le nouvel équilibre mondial

Je ne veux pas jouer les déclinologues, mais l’Europe est bien mal barrée pour affronter les nouvelles tempêtes mondiales qui s’annoncent. Politiquement, elle pèse peu et de moins en moins du fait d’une absence de stratégie claire, d’une absence d’hommes et de femmes politiques charismatiques. Démographiquement, elle recule d’année en année, du fait d’une natalité faible, mais aussi d’une politique d’immigration raciste et mal gérée. Economiquement, c’est carrément la « cata » avec une croissance estimée entre 1,5 et 1,7% par an pour la décennie qui s’annonce, autant dire rien, face des croissances galopantes des pays émergents et au sursaut des Etats-Unis.

La faute au refus de politiques fiscales, économiques, stratégiques, bref de politiques vraiment communes. La faute à des politiciens démagogiques qui cultivent le cloche-merle en lieu et place de la vision d’avenir. La faute à des citoyens frileux qui préfèrent l’horizon plat de leur médiocrité à la vision enthousiaste d’un monde ouvert et partagé.

Face au désastre du mortel morcellement, les Français peuvent se consoler, nos voisins belges qui rêvent d’être rattachés à l’Hexagone nous rapporteraient 81 milliards d’euros, 4,14% de PIB et… 238 000 chômeurs !

Tout va bien, c’est l’été…

 

Tag(s) : #Idées

Partager cet article

Repost 0