Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au parti socialiste, la guerre des boutons est déclarée (des moutons peut-être chacun bêlant à qui mieux mieux), la Royal, qui en crève de ne pas être encore présidente, à la rage. Elle s’en prend aux médias et aux sondages (tiens, comme Mélenchon, le Le Pen de gauche) car la Royal n’admet pas être en queue de pronostic dans l’inepte primaire, simulacre de démocratie participative organisée par son parti.

A la suite de cette attaque enragée et gagnée par une hystérie qu’elle ne contient plus, la Royal s'en prend maintenant à ses chers amis. Elle a déclaré dans le Figaro du 8 septembre dernier que la « seule expérience électorale » de la Aubry, horreur économique sur jambes, « c’est une législative perdue en 2002. Passer de rien à une campagne présidentielle, ce n’est pas facile ». Et vlan ! 

Le venin au bord des lèvres, elle n’a pas manqué de s’en prendre aussi à son ex-mari, le père de ses enfants, qui lui vole la vedette : « Le point faible de François Hollande, c’est l’inaction, a-t-elle déclaré. Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu’il aurait réalisée en trente ans de vie politique ? Une seule ? » Re-vlan !

Là, il est vrai, on ne peut pas lui donner tort et ce malgré la grande manipulation à laquelle nous assistons. En effet, dans les salles de rédaction parisiennes où fleurissent les journalistes bobos, on est en train de nous vendre Hollande comme le prochain Président de la République. Ce petit personnage qui a le charisme d’une courge de régime Dukan serait intelligent, drôle, visionnaire et même mitterrandien eu égard à la bonhommie rouée qu’il affiche sur son scooter pour faire peuple et branchée. L’imagine-t-on à la tête d’un état, lui qui n’est jamais sorti de sa Corrèze ni de son bureau de secrétaire et dont l’entregent international se résume à rien ???

Hollande, Aubry, Royal… vite fuyons !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :