Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis la fermeture de la maison Christian Lacroix qui a ému le microcosme, le propriétaire de la marque —le groupe Falic— s’agite à faire oublier l’épisode et tente de faire fructifier les actifs immatériels de la griffe.

Dégagé de l’empreinte pesante de son créateur, il multiplie les signatures de licences dont une importante avec le groupe Lagardère Active Enterprises chargé de développer des collections de mode pour hommes et femmes, de les fabriquer et de les diffuser dans le monde entier.

Viendront ensuite la maroquinerie, l’horlogerie et les bijoux qui complèteront l’existant : une licence de lunettes avec Mondottica, des tissu d’ameublement avec Designers Guild, de la papeterie avec Libretto holdings, des robes de mariées avec Montero, des parfums avec Avon et un certain nombre d’accords signés avec des producteurs divers et locaux aux USA, en France, en Amérique du Sud ou en Asie…

Bref, Christian Lacroix (la marque) connaît une renaissance et semble se frotter à une réalité commerciale qu’elle n’a jamais connue. Preuve une nouvelle fois qu’un créateur n’est pas toujours le bon promoteur de sa propre destinée… Et qu’il doit parfois savoir s’effacer pour exister. 

Tag(s) : #People

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :