Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Derrière ce titre simple et direct se cache un duo de livres que je viens de publier aux Editions du chêne, (mon éditeur favori, soit dit en passant...), l'un pour les femmes et l'autre pour les hommes, en effet, nous ne sommes pas tout à fait  "égaux/ego" devant le luxe.
Ces deux ouvrages livrés chacun dans un coffret recèlent ma vision du luxe aujourd'hui et demain, il s'accompagne d'un clin d'oeil symbolique avec une sélection d'objets et de marques très "attachants" qui incarnent la désirabilité, une forme de désirabilité.

Ce livre n'est pas une veule apologie du luxe (ce n'est pas mon style...), il explique pourquoi le secteur marchand du luxe apporte parfois ce supplément d'âme que nous cherchons tous quand nous sommes dans notre rôle de consommateur dans l'expectative d'une société où trop nous ait proposé. Nous vivons dans une société de consommation de l'excès et pourtant l'essentiel semble manquer : le désir.
Nous achetons souvent, trop souvent par "automatisme" tel ou tel produit parce que le voisin à le même, parce que c'est la mode, parce que l'on craint de ne pas être comme les autres, parce qu'il semble impératif de le posséder... Nous sommes portés par la folie compulsive de cette possession impérative, et de trop nombreuses marques de luxe ont su parfaitement jouer de cette compulsion pour vendre tant et plus, en dénaturant l'attente délicieuse du désir.
Une marque de luxe devrait jouer de cette tension, non pour créer le sentiment de manque, de frustration, mais pour stimuler l'imaginaire et les rêves pour se dire qu'un jour peut-être je pourrais acquérir tel objet "de luxe", ou peut-être pas, sans en être affecté.
En surplomb de cette approche gentiment philosophique, ce duo de livres dévoile sous la forme de chroniques en escalier, ma vision distanciée mais amoureuse du luxe...        








(Photos : D.R./Chêne) 
Tag(s) : #Objets

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :