Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous connaissions DD (développement durable) qui encombre nos pensées, voilà l'autre DD, défiance durable.
Une étude Australie/TNS Sofres "Publicité & société" met en lumière deux pathologies compatibles et transmissibles : l'allergie publicitaire et la fatigue consommatoire.
Deux pathologies qui touchent surtout les Français particulièrement publiphobes et dépressifs par rapport à leurs voisins européens ou par rapport aux Américains et aux populations des pays émergents où la pub est plébiscitée. Dans une France marxisante et post-soixante-huitarde, les publicitaires ennuient et la consommation épuise les consciences : nos compatriotes sont 70% à être indifférents aux publicités, 60% à être de moins en moins fidèles à leurs marques préférées, ils sont 43% à ne pas avoir envie de consommer (+11% vs 2008) et seulement 57% à avoir envie (-10% vs 2008). De plus, ils seraient 83% a déclaré avoir "la sensation d'avoir changé pour s'adapter à la crise". Et qu'il n'y aura pas de retour en arrière...
Bien que pondérées, il faut se méfier de telles déclarations dans une période brouillonne où il est difficile d'avoir les idées claires. D'autre part, la France n'est pas un modèle universel ; surprotégés, étouffés par un Etat Providence, atteints d'une schizophrénie public-privé (voir les débats réactionnaires sur la Poste), les Français sont contre tous les systèmes par réflexe, dans le même temps, ils s'inscrivent dans la modernité.
Si la défiance durable est dans les têtes, il n'est pas sûr qu'elle le soit dans les actes...    
Tag(s) : #Idées

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :