Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour récupérer les petits moulinets du Grenelle de l'environnement et ses grandes idées, l’Elysée a décidé de pousser d’un grand coup alizéen la filière éolienne en lançant la construction de 600 moulins à vent énergétique sur les côtes françaises, à une dizaine de kilomètres du littoral en réalité. L’objectif est d’atteindre les 6 000 Mégawatts produits à l’horizon 2020, soit l’équivalent de quatre centrales nucléaires, et donc l’alimentation en électricité de plusieurs millions de foyers, ce qui n’est pas rien.

Evidemment, comme d’habitude, les grognons et les antis fourbissent leurs armes pour lutter contre le projet. Des élus, des pêcheurs, des défenseurs du paysage, des gueulards natifs et même des écologistes (si, si) contestent la pertinence de ces grandes tiges offshore sous prétexte de leur coût astronomique, de l’intermittence de leur fourniture en énergie, de leur gêne pour les mouettes et je ne sais encore quelle autre peccadille.

Faut-il rappeler à ces braillards professionnels qu’il n’existe pas de solution idéale pour fournir l’énergie dont nous avons besoin (et encore plus demain quand il faudra alimenter le moteur des bagnoles électriques) et qu’il faut arrêter de dire non à tout bout de champ au risque un jour de se retrouver en panne sèche, arrêter de bloquer par principe des avancées économico-démocratiques.

Mais compte tenu du nombre de pleurnichards patentés, l’Elysée pourrait les obliger à pédaler toute la sainte journée pour faire tourner des dynamos et nous fournir en électricité. Chiche ! 

Tag(s) : #Objets

Partager cet article

Repost 0