Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’apocalypse annoncée par des hurluberlus en 2012 (voir  Le marketing de l'apocalypse  ) fait son chemin dans l’esprit (faible sans doute) de certains individus qui attendent la fin du monde.
Depuis quelque temps, la tendance « prepping » fait son chemin qui insiste sur notre précarité humaine et entend nous préparer au pire, forcément au pire. Pour les « preppers » absolument paranoïaques très actifs aux Etats-Unis, cette attitude consiste à stocker des vivres, de l’eau, à construire une éolienne, à cultiver leur lopin de terre, à entasser et bois et charbon dans sa grange en prévision de la fin des énergies fossiles.
Le nombre de preppers, difficile à évaluer, serait grandissant depuis le 11 septembre 2001, et plus encore depuis deux ans. La crise économique et la catastrophe climatique annoncée ont secoué les âmes perdues dans un monde qui part à vau l’eau, une Amérique en perte de puissance, un pays battu et non plus battant.
Mais le prepping pourrait trouver des adeptes moins persécutés par l’avenir, des personnes sensibilisées par le discours de la décroissance et qui voient dans le mode de vie de nos ancêtres, un retour aux sources et un frein manifeste au progrès. Dans les deux cas, pas franchement joyeux. 

Tag(s) : #Idées

Partager cet article

Repost 0