Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Loin de moi l’idée de filer encore la métaphore marine, mais force est de constater que le gouvernement à la barre d’un pays qui prend l’eau, continue à naviguer à vue sur tous les sujets. Ainsi en est-il du débat sur les « soldes flottants » qui irritent de plus en plus les commerçants et les distributeurs sans que le pouvoir ne fasse rien, tournant autour de la boussole sans trouver le bon cap. Sylvie Pinel, ministre du commerce avait promis une concertation avec les professionnels en septembre 2012, repoussée en février 2013, à nouveau annulée sans qu’aucune date ne soit proposée.

On ne s’étonnera pas vraiment de cette vacance du pouvoir —cela dure depuis plus de dix mois maintenant avec un locataire de l’Elysée mauvais et désemparé— mais on s’étonne que ces soldes flottants créés en 2009 par le précédent gouvernement ne soient pas mis au rebus, alors que la gauche s’est faite une spécialité de détricoter tout le travail du Président Nicolas Sarkozy.

L’idée de ce dispositif —deux semaines de soldes dont la date est fixée librement par le commerçant hors des périodes de soldes classiques— censé redonner un chouilla de pouvoir d’achat a en fait créé confusion et paupérisation. C’était une très mauvaise idée largement dénoncée à l’époque par une majorité de professionnels. Les clients déboussolés par cette multiplication de promotions à tout va ne veulent plus jamais payer le prix normal, les distributeurs engagés dans une bataille de préservation de part de marché voient leurs marges laminées, leur rentabilité dangereusement réduite à peau de chagrin.

Ces soldes flottants ne sont hélas que l’épiphénomène d’une posture très en vogue chez les politicrates de France, de Navarre et d’Europe qui consiste à placer le consommateur au cœur de l’économie, en considérant que la défense à tout crin de son pouvoir d’achat et la maîtrise de l’inflation sont les seuls bénéfices qui vaillent. Et ce, au détriment des entreprises. Résultat, la croissance européenne est au point mort et pour longtemps, le chômage explose et de nombreuses sociétés jouent les équilibristes quand elles ne disparaissent tout simplement pas. Malheureusement, ces politicartes prédateurs et incendiaires sont encore nombreux à considérer que de subventionner la croissance par les entreprises, les taxes et les impôts demeure la seule politique valable pour calmer des populations au bord de la thrombose économique.  

Tag(s) : #Idées

Partager cet article

Repost 0