Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La tanche et les Français

La tanche et les Français

Lors du rituel des vœux présidentiels, la tanche élyséenne s’est répandue en platitudes et a remâché à l’envi le mot « confiance », tel un charmeur de serpents qui tente d’impressionner son auditoire. Evidemment, l’envoûtement attendu n’est pas venu, tant le personnage inspire rejet/mépris et défiance/déviance.

Dans le même temps, le géant français de la distribution, a débuté l’année sous de nouveaux auspices publicitaires en guise de vœux. Après le « Avec Carrefour, je positive » de 1988 à 2003, l’enseigne renoue avec un slogan incantatoire : « Avec Carrefour, j’optimisme ». Lors d’un micro trottoir, des Français au casting irréprochable et diversifié, s’enthousiasment de cette invitation à « optimiser l’optimisme » (et leurs courses !) qui manque tant à un pays toujours aussi dépressif et morose, un pays qui dénie le monde qui l’entoure et refuse de se projeter dans l’avenir.

Les causes de ce malheur national sont connues : classe politique clientéliste et indigente, corporatismes entretenus (là encore par un clientélisme électoral dont la gauche est spécialiste), lourdeur étatique avec une fonction publique obèse, anticapitalisme promu par le corps enseignant à des générations d’enfants de plus en plus incultes, nostalgie d’un passé supposé glorieux, rêve de grandeur perdue d’une puissance de plus en plus moyenne, crainte du progrès alimentée par des manipulateurs d’opinion… La liste est longue, très longue : dans son livre L’économie du bonheur (La République des idées/Seuil 2014), Claudia Senik parle d’une « morosité multidimensionnelle » qui n’existe nul par ailleurs, à tel point que « le seul fait de vivre en France réduit de 20% la probabilité de se déclarer très heureux » ! Même dans « le domaine des affects, des émotions quotidiennes, les Français font également preuve de morosité ». L’auteur rapporte une étude Gallup qui dévoile qu’au sein des pays Européens, « la France atteint le score le plus élevé en matière d’affects négatifs et le dernier rang en terme d’affects positifs » ! Et seulement 36% déclarent être heureux ! C’est dire si nous ne sommes pas sortis de la nasse…

Bon, après la flagellation nationale et l’incantation politico-publicitaire, si nous décidions tout simplement d’être ce que nous sommes collectivement : créatifs, inventifs, bons vivants, cultivés, passionnés, rigolards…, si nous décidions de bonheurier… (comprenez, nous beurrer au bonheur en riant, je sais, c’est tiré par la crémière, mais tout n’est-il pas bon pour nous sortir de la gangue défaitiste et morbide ?) Alors, avec 2015, je bonheurisme ?…

Tag(s) : #Etudes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :